AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
LE FORUM EST EN HIATUS.
Merci pour votre compréhension.

Partagez | 
 

 Maybe we could start over... | Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

âge : 28 ans
adresse : Newport News
je suis : Professeur de sport
popularité : 188
réputation : 21
statut : Célibataire

inscrit le : 15/07/2011
messages : 169
célébrité : Jared Padalecki
crédit : @Starry Eyed
MessageSujet: Maybe we could start over... | Lou   Jeu 20 Oct - 18:32



    Le soleil était levé depuis bien longtemps, si j’en jugeais par les rayons qui arrivaient à percer mes volets de mauvaise qualité, mais je paressais encore dans mon lit en cette matinée. La veille, j’avais organisé une soirée football chez moi, et les packs de bières s’étaient entassés tout le long de la soirée, en conclusion, le réveil était quelque peu difficile. Principalement car je n’avais pas envie de voir l’état de mon appartement, je n’avais pas envie de ranger et nettoyer, et je savais que c’était ce qui m’attendait malgré tout. Voilà pourquoi j’avais du mal à sortir du lit. Heureusement je n’avais pas cours tout de suite. C’était la journée la plus cool de ma semaine, car je n’avais que deux heures de cours en fin de journée. L’université, je ne m’en lassais pas. J’aimais y aller, même lorsque je n’avais pas cours, je croisais toujours quelqu’un à qui parler, ou alors je filais faire du sport, et là je ne voyais réellement pas le temps passer. J’étais mordu de sport, et alors ? Chacun sa passion après tout, et je me disais souvent quelle chance incroyable j’avais eu de trouver ce poste, dans cette ville. J’avais la chance d’enseigner, de faire ce que j’aimais, tout en restant plus qu’à quelques heures de route de chez mes parents. Ce n’était toujours pas la porte à côté, et je ne pouvais pas les voir tous les jours, mais c’était toujours mieux que New-York. Après ce que nous avons vécu, il a été primordial que je me rapproche de ma famille. Newport était l’idéal, je m’y sentais bien… Mais dorénavant, j’avais des craintes. De tomber sur elle… Elle réveillait en moi certaines choses que je tentais d’enfermer à double tour, alors qu’elle venait armée de souvenirs qui faisaient toujours partie de mon esprit. Un précieux secret, une torture jour après jour. Je ne savais comment agir en sa présence, et elle ne me simplifiait en rien les choses, quelques fois aggravant la situation bien malgré elle.

    Tous les jours, c’était la même routine. Je me disais que ça allait bien se passer, et un pas après l’autre j’avançais, même si à chaque fois que j’apercevais une jolie brune, je craignais qu’elle se retourne et que ce soit elle. Bien sûr, je ne montrais rien devant elle. J’étais froid et distant, je jouais la carte de l’homme qu’elle ne connaissait pas, mais je n’étais pas l’homme qu’elle avait connu, du moins je ne devais pas l’être avec elle, et dans l’enceinte de l’université. J’agissais comme un goujat, comme un connard bien quelques fois, mais avais-je le choix ? Après un bon moment à traîner, je décidai de me lever, et commençai ma journée par le rangement et le ménage, qui étaient nécessaires. Une fois que tout fut propre et à sa place, je partis direction la salle de bains. Une fois lavé, rasé et habillé comme à mon habitude d’un jean et d’un t-shirt, je prépara mon sac de sport, puis je partis la veste sur le dos, et le sac sur l’épaule, sans faire attention à l’heure qu’il était. Sur le chemin, je m’arrêtai au café car mon estomac me rappelait que je n’avais rien avalé depuis la veille au soir. Je commandai un grand moka, ainsi qu’une pâtisserie qui me calerait un temps, peut-être jusqu’au prochain repas néanmoins. C'est en cherchant une place pour m’assoir que je l’aperçus. Les coïncidences faisaient un peu trop en sorte qu’on se retrouve tous les deux au même endroit, au même moment. Ou alors je me faisais des idées, comme quoi le destin s’acharnait contre moi. Mais cela tombait peut-être bien, je savais qu’on devait parler, s’expliquer étant donné qu’on n’avait pas échangé un mot depuis le bal costumé. Je devais mettre les choses au clair, lui faire comprendre que je n’étais pas le salaud dans l’histoire. Je ne voulais pas que ce soit l’image qu’elle avait de moi. Étant donné qu'elle était seule, je me suis dit que c’était peut-être l’occasion, je m’approchais alors. « Salut ! » Commençais-je d’une petite voix. Finalement, je ne savais pas si c’était la meilleure idée que j’avais eu aujourd’hui. Elle semblait ailleurs, comme pas dans son assiette. Elle n’avait peut-être pas digérée la cuite qu’elle avait pris l’autre soir, ou il s’agissait d’autre chose, du moins elle ne semblait pas être en pleine forme. « Je peux m’assoir avec toi ? » Je préférais demander, au cas où elle attendait quelqu’un, ou qu’elle ne souhaitait pas me parler maintenant, ma politesse me perdra un jour bien certainement.


_________________


I once was a kid with the other little kids.
Now I'm rippin' up shows and 'em fans goin' wild with us.
Tell mommy I'm sorry,
This life is a party.
I'm never growing up..
.

The Opposite of Adults @CHIDDY BANG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

âge : 21 ans.
adresse : //
je fais parti des : Phi Psi Pi
je suis : une étudiante.
études : Arts, la danse.
année : Première année.
popularité : 193
réputation : 16
statut : Célibataire.

inscrit le : 13/07/2011
messages : 216
célébrité : Mila Kunis.
crédit : Morrigan & Liloo.
MessageSujet: Re: Maybe we could start over... | Lou   Dim 23 Oct - 20:56

Il faisait beau, le soleil caressait ma peau, alors que je profitais de cette douceur, pour flaner un peu dans les rues de la ville, un shorty, débardeur et des lunettes sur le bout de mon nez. J'étais plutôt heureuse et j'avançais d'un pas sur vers ce qui semblait être une bonne journée. ZITTT... Il fait froid, nan ? « Mmhh... tu fais chier. » Grognais-je alors qu'on m'enlevait ma couette. Je me repliais sur moi même cherchant un peu de sommeil alors que j'avais terriblement froid. L'odeur d'un café vint me réveillé et j'ouvrais rapidement un œil. « Allez debout marmotte. » Je reconnaissais cette personne mais je refusais de la voir. Je voulais dormir encore et encore... Je n'étais pas très bien, nauséeuse et une humeur de cachalot. (je ne sais même pas si ça à des humeurs le cachalot. Bref). Elle me regardait un sourire de satisfaction sur le visage alors que j'avais une folle envie de lui envoyer son café en pleine figure. Avais-je une tête de la fille qui se laissait lever, même par sa chef de confrérie ? Non... Nous sommes bien d'accord et je tâchais de rester calme, je me contentais de tendre mon bras en direction de son café. « Café ! » Elle se mit à rire, m'obligeant à ouvrir les yeux et affronter son air... Désespérément jovial. Elle avait mangé un clown ou quoi ? Et depuis quand elle faisait cela ? J'avais une grande admiration pour elle, sérieusement... Mais là, j'en revenais pas, savait-elle pour ma cuite de la dernière nuit ? Le fait que je n'ai absolument pas tenue l'alcool ? savait-elle que Joshua m'avait parlé comme une moins que rien, à moins que ce ne soit mon esprit qui est aggravé cette fameuse soirée, quoiqu'il en soit, je me redressais, l'observant avec des gros yeux. « Tu rigoles ? Douche et tu vas danser. » Hein ? Il est vrai que je n'avais pas dansé depuis un long moment et que j'avais cette étrange impression de ne pas arriver à quoique ce soit, en regardant les autres jeunes femmes du cours, je m'étais rendu compte de leurs niveaux et je doutais. Oh, je ne le montrais jamais, parce que je n'aimais pas m'exposer aux yeux de tous, mais intérieurement je doutais. Elle savait combien la danse était toute ma vie et j'étais heureuse, même si je ne le montrais pas de cette attention.

Nous partîmes pour la salle de danse et je ne sais exactement combien de temps je passais dans cette pièce. Elle partit au bout d'une heure et demi me laissant seule, danser sur des musiques, extirpant toutes les mauvaises ondes que j'avais accumulé ses derniers jours. Je me sentais vidée, toujours aussi nauséeuse mais j'avais une bonne fatigue, j'aimais danser, je me rendais compte de jours en jours. Je prenais rapidement une douche, et je sortais dans les rues de la ville. Je devais retrouver des copines pour une après midi en leurs compagnies mais je n'avais pas réellement envie de les retrouver, me sentant... Bizarre. Je devrais sérieusement éviter les carences alimentaires et me nourrir davantage. Je m'arrêtais au premier Starbuck que je trouvais et décidais de me prendre un petit quelque chose. Je passais commande avant de m'installer tranquillement à une table, sortant un livre. Oui, oui je vous promets je sais lire et j'aime lire. J'avais toujours un bouquin dans mes affaires et ici, loin de l'université, je pouvais me comporter différemment, moi superficielle et sur de moi. Oh j'étais cette jeune femme, mais en même temps ses derniers temps je n'étais pas dans mon assiette, j'avais besoin de me changer la tête de tous mes vieux démons, et... « Salut ! » Cette voix... Je relevais la tête comme surprise de l'entendre me parler ici, en ce lieu... surtout que dans mes souvenirs notre discussion n'était pas... parfaite. Je le regardais, me demandant où se trouvait la caméra caché ou le truc qui cloche, je regardais à droite et à gauche rien... Il me sortait de mes songes, alors que je le regardais de haut en bas, perdue... Pour le coup, j'en revenais pas. « Je peux m’assoir avec toi ? » Finissait-il par me demander, alors que j'aurai aimé qu'on me pince afin de rendre plus vrai cette scène effrayante. J'étais effrayée et je tâchais de ne pas partir en courant. « Heu... » Commençais-je à dire alors que je perdais le fils de mes pensées. En réalité j'avais terriblement envie de lui cracher aux visages une vieille phrase, lui refusant de s'installer en face de moi. Mais avais-je envie de l'envoyer chier, me montrer méprisante, une nouvelle fois ? « La place est libre. » Non... Bien sur que non et en agissant de la sorte il venait d'allumer ma curiosité, je ne le voyais pas venir me parler, surtout après mon comportement de la dernière fois, de ses paroles. Je gardais la tête haute, et je lui disais le plus naturellement possible. « Qu'est-ce qui se passe ?! »

_________________
Lou-Elynia Hathaway ♛ « J’ai peut-être passé… j’sais pas moi… 3h devant mon miroir ! Mais… j’y suis arrivée. Tu vois, j’suis jolie. Et alors là, j’espère que ça te plaît, sinon j’te colle une de ces raclées. Attends, chut, chut. Hmm… J’en étais où ? Le problème, c’est que… même si tu me disais « J’adore », j’te croirais pas. Julien, je sais plus quand tu joues, et quand tu joues pas. J’suis perdue. Attends deux secondes, j’ai pas fini. Dis moi que tu m’aimes. Dis moi juste que tu m’aimes, parce que moi j’oserais jamais te le dire la première, j’aurais trop peur que tu crois que c’est un jeu. Sauve moi, j’t’en prie. Merci. » Jeu d'enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

âge : 28 ans
adresse : Newport News
je suis : Professeur de sport
popularité : 188
réputation : 21
statut : Célibataire

inscrit le : 15/07/2011
messages : 169
célébrité : Jared Padalecki
crédit : @Starry Eyed
MessageSujet: Re: Maybe we could start over... | Lou   Mer 26 Oct - 18:17

    Je me demandais toujours pourquoi j’avais décidé de m’approcher, alors que j’étais déjà en face d’elle, et que je l’avais déjà salué. J’avais comme l’impression que je venais tout juste de la déranger, puisqu’elle semblait occupée à lire. D’ailleurs si on me l’aurait dit, je ne l’aurais probablement pas cru. L’image que j’avais d’elle n’était pas celle d’une jeune femme studieuse qui bouquinait dès qu’elle avait un moment à elle, encore moins celle d’une femme qui pouvait passer un moment tranquille, posé avec seule préoccupation la lecture d’un bon livre. Mais j’étais plutôt content de voir que je pouvais me tromper. Après tout, je ne la connaissais pas, même si j’avais cru entrevoir quelques facettes de sa personnalité, elle m’avait peut-être caché le plus intéressant en ce qui la concernait. Je me mordillais assez instantanément la lèvre inférieure alors qu’elle levait la tête, posant son regard brillant sur moi, avant de regarder autour d’elle. Je l’avais surprise apparemment, et je ne savais pas bien ce qui pouvait lui passer par la tête à cet instant. Je posai néanmoins la main sur le dossier de la banquette, n’osant pas tout de suite m’assoir car j’attendais son accord. « Heu... » Quand elle commença à parler, j’étais suspendu à ses lèvres, alors que j’ignorai encore jusqu’au dernier moment ce qu’elle allait me dire. A ses côtés, je vivais dans le flou, je ne parvenais même pas deviner ce qui allait se passer. Tout était suspens et surprise, et quelque part ce n’était pas plus mal. « La place est libre. » Une fois de plus, elle me surprit alors qu’elle acceptait que je me joigne à elle. Je m’installai alors, tout en regardant autour de moi. Je n’avais pas peur de croiser le regard d’un étudiant, d’un collègue ou d’un parent qui aurait deviné notre différence d’âge; à cet instant, ce que je craignais le plus était l’arrivée d’un beau garçon ou de ses copines qui me diraient de passer mon chemin.

    Mais rien, j’étais à présent assis en face de la jeune femme qui me fixait toujours de son regard d’acier, impénétrable et pourtant magnifique. « Qu'est-ce qui se passe ?! » Me demanda-t-elle, alors que je restais muet un peu trop longtemps à son goût. Je savais bien que j’oubliais quelque chose en venant, uniquement muni de mon petit sourire et d’espoir. Comment me racheter ? Comment faire pour partir du bon pied cette fois ? Je savais ce que je voulais, mon but, mais comment y parvenir n’était pas tout à fait clair pour l’instant. Je voulais repartir sur des bonnes bases avec elle, je ne comptais pas laisser notre histoire gâcher nos vies. « Hum… et bien, je suis venu pour m’excuser ! » Commençais-je par dire tout naturellement, pensant que ce serait un début. « Je crois qu’on a pris un mauvais départ, enfin du moins, un mauvais second départ… » Je n’étais pas tout à fait à l’aise, je craignais fort qu’elle me renverse sa boisson à la figure. Voilà pourquoi je jouais sur les mots et ça me faisait rire. Je ne voulais pas que quoique je puisse dire la vexe, l’énerve, ou pire. J’avais eu un petit avant-goût de ses réactions qui étaient toutes plus agressives les unes que les autres.  « Quand je t’ai vu ici, j’ai eu peur… Tu venais perturber mon petit cocon professionnel, et je ne savais pas bien ce que tu dirais ou pas sur moi. Du coup, je me suis montré froid et bien souvent méprisant envers toi. Je n’aurais pas dû, et j’en suis désolé. J’espère que tu… enfin, j’aimerais bien faire table rase du passé, si tu le veux bien. » J’avais pu dire tout ce que je souhaitais qu’elle entende, enfin je pourrais toujours en dire plus, mais c’était l’idée de base. Je voulais qu’elle me pardonne, qu’elle arrête de me voir comme un con qui jouait avec ses sentiments, et qu’on puisse établir un climat de confiance, une relation simple, celle d’un professeur avec son élève. Je n’avais pas à me faire ami-ami avec tous mes étudiants, cela ne marchait pas comme ça avec mes autres collègues. Je n’avais pas besoin qu’ils m’aiment, mais s’ils me détestaient cela commençait à devenir gênant et pourrait même m’empêcher de faire correctement mon job. Après tout, le respect était le plus important. Et avec Lou-Elynia, les choses avaient dérapé dès son premier jour ici, elles devaient changer, et au plus vite…

_________________


I once was a kid with the other little kids.
Now I'm rippin' up shows and 'em fans goin' wild with us.
Tell mommy I'm sorry,
This life is a party.
I'm never growing up..
.

The Opposite of Adults @CHIDDY BANG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

âge : 21 ans.
adresse : //
je fais parti des : Phi Psi Pi
je suis : une étudiante.
études : Arts, la danse.
année : Première année.
popularité : 193
réputation : 16
statut : Célibataire.

inscrit le : 13/07/2011
messages : 216
célébrité : Mila Kunis.
crédit : Morrigan & Liloo.
MessageSujet: Re: Maybe we could start over... | Lou   Jeu 27 Oct - 16:30

Pincez-moi, je dois surement rêvé. Il ne devait pas s’éloigner de moi ? J’avais eu un comportement plus que douteux avec lui, mais ce n’était réellement de ma faute, il révélait en moi le pire. Cette garce séductrice qui voulait recommencer le doux souvenir de ce weekend passé ensemble. Normalement, je ne devais pas ressentir ce genre de choses, parce que normalement, il était sensé ne jamais croiser ma route, parce qu’il n’était qu’un flirt, une seule fois dans mon existence. Mais le voir ici, provoquait en moi un flot de sentiment que je refusais de ressentir, parce qu’il n’était pas vraiment normal de ressentir cela. Surtout quand cette personne n’apprécie, il faut se rendre à l’évidence, votre petite personne. Alors oui, nous avions passé une nuit ensemble, oui il était irrésistible, séduisant et craquant, je ne devais pas céder à mes pires instincts de fille complètement volage et croqueuse d’homme. Mais dans ce café, il faisait le premier pas, me parler, s’installer en face de moi et je perdais peu à peu le fils de mes pensées. Une seule question revenait sens cesse en boucle dans mon esprit, pourquoi. Pourquoi es-tu là Joshua ? « Hum… et bien, je suis venu pour m’excuser ! » Commençait-il à me dire alors que je restais sans voix, surprise... Dans cette histoire j’étais celle qui devait s’excuser, non ? Dans tous les cas, je me sentais réellement idiote face à lui, et buvant mon café, je tentais de me cacher face à lui. Il me troublait, pourquoi se montrait-il si surprenant ? « Je crois qu’on a pris un mauvais départ, enfin du moins, un mauvais second départ… » Il marquait un point, en si peu de temps, je m’étais permise certaine chose qui n’était franchement pas à faire, je me sentais idiote et vulnérable face à lui. Me mordillant la lèvre inférieure, je relevais la tête, croisant son regard par la même occasion. Face à lui, ses dernières semaines, je venais de montrer le pire visage de ma personnalité. Je n’étais pas tout le temps comme cela, tout du moins je tentais de me le persuader. Jusqu’à aujourd’hui, je ne me plaignais pas de mon comportement, je n’étais pas une fille sage, ni même discrète. J’aimais sentir le regard des hommes sur moi, les séduire, les avoirs pour moi. Je ne cachais pas que j’espérais réitérer l’expérience de la première fois, mais je ne m’étais pas comportée de la manière la plus adéquate.

Je restais stoïque face à lui, il n’avait pas fini son discours, tout du moins je l’espérais intérieurement. « Quand je t’ai vu ici, j’ai eu peur… Tu venais perturber mon petit cocon professionnel, et je ne savais pas bien ce que tu dirais ou pas sur moi. Du coup, je me suis montré froid et bien souvent méprisant envers toi. Je n’aurais pas dû, et j’en suis désolé. J’espère que tu… enfin, j’aimerais bien faire table rase du passé, si tu le veux bien. » Sur les fesses, je perdais la parole. C’était étrange de l’entendre dire cela, alors que je devais m’excuser ? Je ne voulais pas apprécier ce geste et je tentais de me persuader du contraire. Qu’il tentait juste de me dire, d’une manière très subtile. « T’as vu, moi je sais pardonner, et toi ? » Mais, au fond, je voulais croire à ces paroles, parce que je voulais, et je ne savais exactement pourquoi, montrer une autre image de moi, qu’une fille capricieuse et envieuse de tout et de rien. « Et bien… » Me contentais-je de dire, alors qu’instinctivement je regardais à droite et à gauche, dans l’espoir de ne pas voir d’étudiant. Etait-il capable de partir si un étudiant était dans les parages. Avait-il honte de moi. Je mettais beaucoup de temps à lui répondre. « Je n’ai pas montré mon meilleur visage tu sais je… Je m’attendais pas à ce que tu sois mon professeur tu es si sexy… » Je me rendais compte de mes paroles. « Pardon… Enfin, je n’aurai pas du faire ma belle, mais jamais avec du recul, je veux t’apporter des emmerdes. Je suppose que tu tiens à ton métier. » Comme je tenais à la danse… Après un moment d’hésitation, je tendais ma main en sa direction. « Salut… Lou-Elynia Hathaway, étudiante en danse, enchantée. » Je ne savais si c’était une bonne idée, un avenir, s’il serait éternellement mon professeur, si je pouvais en sa présence rester calme et ne pas le séduire, mais il avait fait le premier pas, je pouvais faire un effort…

_________________
Lou-Elynia Hathaway ♛ « J’ai peut-être passé… j’sais pas moi… 3h devant mon miroir ! Mais… j’y suis arrivée. Tu vois, j’suis jolie. Et alors là, j’espère que ça te plaît, sinon j’te colle une de ces raclées. Attends, chut, chut. Hmm… J’en étais où ? Le problème, c’est que… même si tu me disais « J’adore », j’te croirais pas. Julien, je sais plus quand tu joues, et quand tu joues pas. J’suis perdue. Attends deux secondes, j’ai pas fini. Dis moi que tu m’aimes. Dis moi juste que tu m’aimes, parce que moi j’oserais jamais te le dire la première, j’aurais trop peur que tu crois que c’est un jeu. Sauve moi, j’t’en prie. Merci. » Jeu d'enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

âge : 28 ans
adresse : Newport News
je suis : Professeur de sport
popularité : 188
réputation : 21
statut : Célibataire

inscrit le : 15/07/2011
messages : 169
célébrité : Jared Padalecki
crédit : @Starry Eyed
MessageSujet: Re: Maybe we could start over... | Lou   Lun 31 Oct - 17:28

    J’ignorais qu’elle serait sa réaction, mais je parlais. J’avais besoin d’aller au bout de mes pensées, quelque soit la suite, je devais exprimer tout ce que je ressentais, et ce que je désirais. Elle devait savoir que j’étais désolé, que je n’agissais généralement jamais comme ça. Alors j’avais dit tout ce que je voulais dire, au risque de l’entendre rire, de l’énerver, et de m’entendre dire des choses que je ne souhaitais surtout pas. Mais je devais prendre le risque, et puis finalement ça ne me faisait pas peur. Même si je préférais éviter de la braquer encore plus contre moi, j’espèrais fortement que nous allions repartir tous deux sur de nouvelles bases moins tendues et plus agréables. Malgré mes doutes, je gardais le regard fixé et le sourire, je ne me montrais pas timide, je ne l’étais pas, même si je n’étais pas tout à fait à l’aise, et cela devait sans aucun doute se voir. « Et bien… » Voilà, j’avais terminé et c’était à son tour de prendre la parole. Je ne la quittais pas des yeux, prêt à entendre la sentence. Et je la détestais là, tout de suite. Ou peut-être pas tant que cela, mais j’avais l’impression qu’elle prenait un malin plaisir à jouer avec mes nerfs. Elle me faisait attendre, non ? L’attente était insoutenable. J’avais le sentiment que chaque instant avec elle me torturait d’une certaine manière. L’appréhension, proche de la peur, commençait à s’emparer de mon corps, et je le ressentais dans ma respiration qui devenait difficile. « Je n’ai pas montré mon meilleur visage, tu sais je… Je m’attendais pas à ce que tu sois mon professeur, tu es si sexy… » Le soulagement, la flatterie, la gêne… Un mélange de ressentis, un mélange de réactions de ma part que je ne pus contrôler mon sourire de s‘étendre. Je n’étais pas heureux de l’entendre de me dire que j’étais si sexy. Cela me paraissait peut-être un peu exagéré et je ne savais pas bien si je devais être plus flatté que gêné. Alors je ne répondis rien, je me contentais de lever les yeux au ciel. J’appréciais qu’elle admette qu’elle n’avait pas été elle-même très professionnelle, et c’était la première étape, car si elle restait sur ses positions autant parler à un mur.

    Se rendant compte de ses paroles ou de ma gêne qui s’en était suivi, elle ajouta : « Pardon… Enfin, je n’aurai pas du faire ma belle, mais jamais avec du recul, je veux t’apporter des emmerdes. Je suppose que tu tiens à ton métier. » J’acquiesçai en la regardant, content qu‘elle comprenne la situation pour moi. « Oui… » En même temps, vu comment j’ai galéré pour avoir ce poste, je ne compte pas faire quoique ce soit pour mettre en danger ce que j’ai mis si longtemps à obtenir. Même si j’avoue m’être légèrement égaré dans mes études, je sais reconnaitre quand j’ai eu de la chance. Je ne sais pas si je le méritais plus qu'un autre mais une chose était claire, j’étais fier et jamais je ne laisserai ma place à quelqu’un d’autre. Alors un simple « oui » n’était peut-être pas suffisant pour exprimer le fond de ma pensée mais je n’allais pas non plus lui raconter ma vie. Elle s’en ficherait sans aucun doute. Je regardais à présent sa main qui s’avançait vers moi, comme un nouvel espoir, marquant le début d’une nouvelle rencontre, une seconde chance de faire cette fois-ci les choses bien. « Salut… Lou-Elynia Hathaway, étudiante en danse, enchantée. » Je continuais à garder les yeux fixés sur sa main. Ce que j’attendais ? Je n’en avais pas la moindre idée… C’était ce que je souhaitais, repartir de zéro, être son professeur, qu’elle soit mon étudiante, mettre de côté notre virée charnelle. Du moins, c’était le mieux à faire. Mais je doutais… En était-elle capable ? L’étais-je moi-même ? Je souriais alors que je serrai sa main dans la mienne, me disant qu’on devait tout de même essayer. Quels autres choix avions-nous ? « Joshua, professeur de sport, ravi de te rencontrer… » Répondis-je, le sourire toujours affiché sur les lèvres, avant de lâcher sa main, et de baisser les yeux. Je prenais quelques gorgées de moka, reposai ma tasse et relevai la tête vers elle. « La danse alors… » Je ne savais même pas quels études elle faisait. Au moins, j’apprenais quelque chose. Amusé, je demandais ensuite : « Du classique ?! »

_________________


I once was a kid with the other little kids.
Now I'm rippin' up shows and 'em fans goin' wild with us.
Tell mommy I'm sorry,
This life is a party.
I'm never growing up..
.

The Opposite of Adults @CHIDDY BANG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

âge : 21 ans.
adresse : //
je fais parti des : Phi Psi Pi
je suis : une étudiante.
études : Arts, la danse.
année : Première année.
popularité : 193
réputation : 16
statut : Célibataire.

inscrit le : 13/07/2011
messages : 216
célébrité : Mila Kunis.
crédit : Morrigan & Liloo.
MessageSujet: Re: Maybe we could start over... | Lou   Ven 4 Nov - 22:52

Pourquoi j’agissais comme cela ? Trop gentille, trop complaisante, à croire qu’il faisait de moi une toute autre personne. Ou au contraire, à son contact j’étais cette autre personne, la bonne personne ? En réalité, il n’y avait pas de bonne personne et je continuais de me persuader que cette discussion n’était pas réelle. Qu’une fois hors de ces murs, retournant à l’université, nous serions toujours les mêmes. Moi, cherchant à tout prix de le mettre de nouveau dans mon lit, lui de m’éviter, me rabaisser, me rappeler que je n’étais qu’une élève. Je n’étais pas que cela et loin de là. Je me revendiquais tout autre chose, s’en rendait-il compte ? De toute manière, je ne voulais pas arrêter mes sous-entendus le concernant, parce qu’il était très sexy, mignon, tout à fait mon genre et que je ne pouvais pas me taire, ce n’était pas moi. Il souriait, parce qu’il était gêné ? Parce qu’il appréciait ? Parce qu’il comprenait mon jeu ? Quoiqu’il en soit, j’aimais particulièrement l’idée que lui et moi nous ayons été à un moment donné ensemble, que nous ayons partagé un moment intime, même si ce fut trop court, trop beau pour y mettre un point. Je ne voulais pas, mais soyons clair un instant, lui ne désirait pas réitérer notre rencontre. Dommage, le gout de ses lèvres me devenaient indispensable, à croire qu’il était unique. Baliverne. « Oui… » Me disait-il, alors que je prenais conscience que son métier avait de l’importance, je le comprenais. Mais c’était difficile de tirer un trait sur une passade langoureuse nous concernant. J’aurai du ne plus le rencontrer, cela aurai surement posé beaucoup moins de problème. Et nous reprenions tous les deux à zéro, comme si de rien était, à croire que cela était possible. Pour une fois je voulais y croire, aujourd’hui, j’aimerai y croire.

Je lui tendais ma main, dans l’espoir de sceller notre nouvelle rencontre. Malheureusement, elle n’avait rien de celle d’un professeur et de son étudiante. Je ne connaissais pas de professeur et d’étudiante qui, partageaient un café en plein jour. Qu’importe, j’attendais longuement alors qu’il fixait ma main, je voulais qu’il me la sert. Pourquoi ? Mais en même temps, j’aurai apprécié n’être que la fille du bar, du weekend, ce moment passé ensemble inoubliable. Car le savoir en face de moi, si proche de moi, mais si loin était une véritable torture. J’avais l’impression de désirer l’interdit et c’était drôlement excitant. Mais en même temps, je savais que ce que je désirais n’était et contrairement à ce weekend en rien partagé. Dommage. Il prenait ma main, la serrait… « Joshua, professeur de sport, ravi de te rencontrer… » Un pincement au cœur. Pourquoi ? Je ne savait pas, mais l’observant, je sentis cette étrange sensation de voir s’éloigner notre image de nous deux, ce soir-là. Pitoyable. Il buvait son café ou je ne sais quoi, je l’imitais alors que mon esprit vagabondait ailleurs. Pourquoi fallait-il qu’il soit professeur de sport. Quel gâchis ! Être dans une université sans jamais pouvoir s’amuser. « La danse alors… » Je ricanais, semblait-il surpris ? Je n’étais pas une femme cérébrale. Non pas que j’avais les capacités, loi de là, je n’aimais tout simplement pas ça. « Du classique ?! » Rajoutait-il d’un air amusé. « Oui et non… Je danse du classique depuis que je suis très jeune, mais j’ai une préférence pour la danse de rue. » Un mouvement de la tête, un sourire et je me trouvais idiote.

C’était idiot, soit… Parler de moi, de ma passion avait une étrange saveur dans mes lèvres, je ne voulais pas le braquer mais pourtant, c’était plus fort que moi j’aurai aimé savoir, connaître ce ressenti qu’il avait eu après notre rencontre. Je ne devais pas m’en intéresser pourtant c’était plus fort que tout, à croire que je n’étais pas capable d’autre chose. « Tu enseignes ici depuis longtemps ? » Demandais-je innocemment avant de rajouter. « D’ailleurs, je dois te vouvoyer ou tutoyer ? Je demande cela car je dois t’avouer être perdue… » Pour une fois je ne mentais pas. Je ne savais plus sur quel pied danser avec lui. « … Et tout ce que j’ai dis ses derniers jours… » Je ne devais pas repartir sur ce point, je m’enfonçais non de dieu. « Tu es spécialisé dans quelle discipline ? »

_________________
Lou-Elynia Hathaway ♛ « J’ai peut-être passé… j’sais pas moi… 3h devant mon miroir ! Mais… j’y suis arrivée. Tu vois, j’suis jolie. Et alors là, j’espère que ça te plaît, sinon j’te colle une de ces raclées. Attends, chut, chut. Hmm… J’en étais où ? Le problème, c’est que… même si tu me disais « J’adore », j’te croirais pas. Julien, je sais plus quand tu joues, et quand tu joues pas. J’suis perdue. Attends deux secondes, j’ai pas fini. Dis moi que tu m’aimes. Dis moi juste que tu m’aimes, parce que moi j’oserais jamais te le dire la première, j’aurais trop peur que tu crois que c’est un jeu. Sauve moi, j’t’en prie. Merci. » Jeu d'enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Maybe we could start over... | Lou   

Revenir en haut Aller en bas
 

Maybe we could start over... | Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GRΣΣK Life :: les villes à proximité de C.N.U. :: NEWPORT NEWS :: starbuck's coffee-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com